Une visite dans les secrets de l’école Notre-Dame


 

SECRETS

À l’occasion de la rentrée scolaire, les parents d’élèves et enfants ont découvert l’école Notre-Dame, lors d’une visite organisée dans les couloirs de l’établissement. Suivez le guide…

L’histoire

Vendredi soir, la cloche sonne la fin de journée pour les enfants de maternelle et primaire. Exit les cahiers de classe, place maintenant à une soirée pleine de découvertes pour les parents. « C’est une visite spéciale organisée par l’Association des parents de l’enseignement libre (Apel) de Notre-Dame, explique Céline Rimassion, présidente de l’association. Ça permet de découvrir les lieux sous un angle nouveau. »

L’opération baptisée à l’anglaise walk my school (marche dans mon école)commence dès l’entrée, située rue de Vannes. Là, les visiteurs divisés par groupes d’une vingtaine de personnes, commencent leur périple sous la houlette de leur tuteur bénévole.

La cour, son potager et son faucon

Après la première halte, réservée à l’incontournable coup d’œil des parents sur la classe de leurs bambins, les visiteurs s’engouffrent dans la cour. Outre les jeux, on y trouve un coin jardin planté de pieds de tomates.

Au-dessus des têtes des promeneurs, en haut de la façade du lycée contigu, veille une statue. Rien de surprenant dans un lycée d’obédience catholique. Ce qui est beaucoup plus inhabituel, « c’est la présence d’un couple de faucons, qui niche derrière la statue chaque saison et depuis plusieurs années », détaille la directrice, Sophie Lemée. Mais ce soir le nid est vide, les oiseaux ont déjà migré.

Les marcheurs progressent ensuite vers une autre cour. « C’est celle du cloître des religieuses », poursuit Céline, guide d’un soir.

À l’est, la promenade mène au P’tit théâtre rénové et dont l’escalier en bois mène à la scène. Au sud, se trouve le cloître des Ursulines, remplacées en 1948 par la congrégation des sœurs bleues, qui tiennent ce nom de la couleur de leur habit. Un endroit hors du temps, dont le pourtour est cerné par un déambulatoire protégé des intempéries.

Plus loin, engoncé dans l’un des murs, apparaît un petit local, le parloir. La pièce est dotée d’un système pivotant pour permettre de passer des objets aux religieuses, sans les toucher des mains.

Le parc et sa chapelle

Vers l’ouest, le chemin passe devant la grande chapelle et conduit au lycée qui servit d’hôpital militaire pendant la Première Guerre mondiale. Après avoir grimpé dans les étages, on découvre sous les toits, les anciens dortoirs avec leurs lits en fer et leurs placards insérés dans les parois des murs.

Sur terre, derrière le bâtiment, les visiteurs contournent la petite chapelle des enfants de Marie, avant d’arriver dans le petit parc, « dans lequel des chouettes se sont installées ». Une preuve de plus que l’école Notre-Dame sait accueillir ses nouveaux résidents.

SECRETS